Au laboratoire du LIH, nous avons observé des cellules cancéreuses prélevées sur une tumeur cérébrale. Laura Neises (à droite) explique comment ils fixent et colorent les cellules pour les étudier.

Avoir une alimentation saine est important pour prévenir le cancer, mais aussi pour soutenir le traitement du cancer, car elle contribue à la santé de l'organisme et du système immunitaire. Mais une alimentation adéquate peut-elle influencer la croissance ou la propagation du cancer ? Laura Neises, responsable de laboratoire au sein du groupe de recherche Métabolisme du cancer au Luxembourg Institute of Health (LIH).

En quoi le métabolisme d’une cellule cancéreuse diffère-t-il de celui d’une cellule saine ?

Les cellules grandissent, se divisent et remplissent différentes fonctions. L’ensemble des processus chimiques qui s’y déroulent sont appelés « métabolisme ».

« Par rapport aux cellules normales, les cellules cancéreuses ont un métabolisme accru, ce qui signifie que tous les processus chimiques à l'intérieur de la cellule se déroulent plus rapidement. Elles grandissent et se divisent aussi plus rapidement et consomment donc plus d’énergie », explique Laura Neises. L’altération du métabolisme des cellules cancéreuses est souvent due à des mutations, c’est-à-dire à des défauts au niveau de l’ADN. Ces défauts peuvent être soit héréditaires, soit s'accumuler au cours de la vie sous l'effet de facteurs environnementaux tels que les rayons UV ou l'alcool.

Que peut-on expérimenter dans l’atelier « Tu es ce que tu manges » au Researchers' days?  

Dans l’atelier du LIH « Tu es ce que tu manges », tu découvriras comment l'alimentation influence notre métabolisme et celui de nos cellules. Quels sont les nutriments contenus dans les différents régimes ? Tu pourras te servir d’un projecteur d’hologrammes que tu as fabriqué toi-même pour les observer de plus près. Tu auras aussi la possibilité de découvrir la complexité de notre métabolisme et dans quelle mesure il se déroule différemment dans les cellules saines par rapport à des cellules cancéreuses. Tu pourras même observer ces dernières au microscope.

Qu’est-ce que les Researchers’ Days ?

Le samedi 26 novembre, la Rockhal se transformera en un gigantesque laboratoire de recherche. Dans plus de 30 ateliers pratiques, des chercheurs et des institutions te feront découvrir leur travail scientifique. Nous t’invitons chaleureusement à venir toucher, tester et expérimenter !

Quand ? Le 26 novembre de 10 à 19 h

Où ? À la Rockhal à Esch/Belval

Entrée ? C’est gratuit !

Certains régimes alimentaires peuvent-ils influencer la croissance et la propagation de cellules cancéreuses ?

« C’est la question que l’on examine actuellement dans la recherche sur le métabolisme, c’est-à-dire la recherche qui étudie le métabolisme des cellules. Pour ce faire, des études sont menées dans le cadre desquelles des patients atteints de cancer suivent différents régimes alimentaires qui ne contiennent pas certaines molécules (des acides aminés, par exemple, qui sont des éléments constitutifs des protéines). Elles souhaitent ainsi étudier si la molécule en question influence le métabolisme ou différentes capacités, comme la formation de métastases », explique Laura. « Cette recherche a pour objet de pouvoir produire un jour des aliments ou constituer des régimes dans lesquels ce composant fait défaut afin de mieux tenir le cancer en échec. »

Infobox

Formation de métastases

Des cellules cancéreuses isolées peuvent se détacher de la tumeur primaire (l’amas de cellules cancéreuses qui s’est formé dans un premier temps) et être transportées par la circulation sanguine vers un autre endroit du corps. Si elles s’y installent et forment un nouvel amas de cellules cancéreuses, appelé métastase, on parle de formation de métastases. Alors qu’il est souvent possible de traiter une tumeur primaire par chirurgie ou radiothérapie, comme dans le cas du cancer du sein, c’est beaucoup plus difficile pour un cancer qui forme des métastases, car de nouvelles tumeurs peuvent par exemple se former à des endroits qu’il n’est pas possible d’irradier ou d’enlever par chirurgie.

 

Est-ce que vous menez aussi ce type d’études au LIH ?

« Notre groupe de recherche se concentre plutôt sur les modèles en laboratoire.   Plus spécifiquement, nous étudions l'acide aminé sérine et son influence sur les cellules cancéreuses. Les acides aminés sont des molécules qui forment des protéines. Pour être précis, nous étudions comment l’acide aminé sérine influence la formation de métastases. Nous l’examinons dans différents types de cancers. Malheureusement, tous les types de cancers ne se comportent pas de la même façon. Je pense qu’à l’avenir, il y aura plutôt un traitement adapté à chaque type de cancer dans son contexte spécifique. »

On lit souvent que les patients atteints de cancer devraient passer au régime low-carb ou keto. Qu’en est-il réellement ? 

Certains livres et sites Internet conseillent aux patients atteints de cancer d’adopter un régime pauvre en glucides (c’est-à-dire en sucre) ou un régime keto (qui bannit complètement la consommation de glucides) afin d’« affamer » les cellules cancéreuses.

Laura explique qu’il faut être très prudent lorsqu’il s’agit de telles recommandations et déconseille de les suivre aveuglément : « Les glucides sont des sucres qui alimentent rapidement nos cellules avec de grandes quantités d'énergie. En fournissant moins d'énergie aux cellules cancéreuses, on peut ainsi influencer leur croissance. Il faut cependant garder à l’esprit qu’en procédant de la sorte, on « affame » toutes les cellules de notre corps, y compris les cellules saines . Le risque de dénutrition est donc élevé, ce qui nuit également au système immunitaire, qui est important pour assurer la défense de l’organisme contre le cancer. Comme nous l’avons mentionné précédemment, il n’existe pas de traitement ou de régime universel qui produise les mêmes résultats pour chaque cancer. Les cellules cancéreuses peuvent réagir différemment aux changements de la composition nutritionnelle. »

 

Quel impact l’alimentation a-t-elle sur le traitement du cancer ?

« Une alimentation saine donne de la force aux patients et peut ainsi soutenir positivement le traitement du cancer. Cependant, il est difficile de lutter contre le cancer rien qu’en adoptant une alimentation ciblée. Pour cela, il faudrait identifier un régime alimentaire qui entraîne très spécifiquement la mort des cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines. De plus, il ne faut pas seulement viser la croissance de la tumeur, mais aussi empêcher la formation de métastases. En effet, la formation de métastases est l'une des raisons pour lesquelles le cancer est si mortel. Il n’empêche que de nombreuses recherches sont menées dans le domaine du métabolisme du cancer et que l’une ou l’autre étude sur le sujet a déjà été réalisée chez des patients. Il s’agit là d’un point positif porteur d’espoir, même si le chemin vers une guérison à long terme peut être long. »

 

Auteure: Lucie Zeches (FNR)
Editeurs: Michèle Weber (FNR), Melanie Reuter (FNR)

Traduction: Nadia Taouil (Tn9)

Aussi dans cette rubrique

Researchers‘ Days 2022 Microbes – Pourquoi notre corps en a-t-il besoin ?

Ils sont autour de nous, sur notre peau et dans notre corps: les microbes! Pourrions-nous aussi nous en passer? Des chercheurs du LCSB organisent un atelier sur ce sujet lors des Researchers’ Days.

25 novembre 2022 Researchers' Days : cette année aussi pour les étudiants universitaires et PhD

Les Researchers’ Days : l’occasion parfaite pour se plonger dans le monde de la recherche et échanger avec des scientifiques sur leur travail.

FNR
Researchers‘ Days 2022 La course aux ressources spatiales

Qu’est-ce que cela fait de piloter un rover lunaire depuis la Terre ? Quand construirons-nous la première base lunaire ? Nous nous sommes entretenus avec des chercheurs de l'Université.

FNR, SnT